04/09/2014

Penser l'école à l'aune des évolutions de la société: Gauchet/Mérieu

C'est la rentrée ! Oui oui, la mienne aussi... Et d'ailleurs, comme je suis aussi enseignante, j'ai été destinataire d'un email d'un groupement pédagogique qui me renvoyait à un article du Monde de Septembre 2011 que je vous invite vivement à lire.

On ne cesse de parler sans cesse du désarroi des enseignants, et chacun se penche rituellement sur les difficultés de l'école, comme si l'école pouvait être à elle-même son  propre remède... Cette interview a l'intérêt de voir que les difficultés nouvelles de l'enseignement sont en fait le résultat des évolutions de la société, des évolutions "civilisationnelles", comme le dit Gauchet.

Dès lors, "améliorer l'école" ne peut passer que par une réflexion sur ces évolutions, et les moyens de les infléchir ( ce à quoi on ne peut renoncer, à moins de penser que faire de la politique est accompagner le mouvement des choses, s'adapter, comme trop le pensent...).

Je vous mets un bon bout du début, et vous invite à lire la suite encore accessible à tous sur le net là :http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/09/02/contre-l-i...

Contre l'idéologie de la compétence, l'éducation doit apprendre à penser

LE MONDE | 02.09.2011 à 12h46 | Par Nicolas Truong

Dans quelle mesure l'évolution de nos sociétés ébranle-t-elle les conditions de possibilité de l'entreprise éducative ?

Marcel Gauchet : Nous sommes en proie à une erreur de diagnostic : on demande à l'école de résoudre par des moyens pédagogiques des problèmes civilisationnels résultant du mouvement même de nos sociétés, et on s'étonne qu'elle n'y parvienne pas... Quelles sont ces transformations collectives qui aujourd'hui posent à la tâche éducative des défis entièrement nouveaux ? Ils concernent au moins quatre fronts : les rapports entre la famille et l'école, le sens des savoirs, le statut de l'autorité, la place de l'école dans la société.

A priori, famille et école ont la même visée d'élever les enfants : la famille éduque, l'école instruit, disait-on jadis. En pratique, les choses sont devenues bien plus compliquées.

Aujourd'hui, la famille tend à se défausser sur l'école, censée à la fois éduquer et instruire. Jadis pilier de la collectivité, la famille s'est privatisée, elle repose désormais sur le rapport personnel et affectif entre des êtres à leur bénéfice intime exclusif. La tâche éducative est difficile à intégrer à ce cadre visant à l'épanouissement affectif des personnes.

Philippe Meirieu : Nous vivons, pour la première fois, dans une société où l'immense majorité des enfants qui viennent au monde sont des enfants désirés. Cela entraîne un renversement radical : jadis, la famille "faisait des enfants", aujourd'hui, c'est l'enfant qui fait la famille. En venant combler notre désir, l'enfant a changé de statut et est devenu notre maître : nous ne pouvons rien lui refuser, au risque de devenir de "mauvais parents"...

Ce phénomène a été enrôlé par le libéralisme marchand : la société de consommation met, en effet, à notre disposition une infinité de gadgets que nous n'avons qu'à acheter pour satisfaire les caprices de notre progéniture.

Cette conjonction entre un phénomène démographique et l'émergence du caprice mondialisé, dans une économie qui fait de la pulsion d'achat la matrice du comportement humain, ébranle les configurations traditionnelles du système scolaire.

Dans quelle mesure le face-à-face pédagogique est-il bouleversé par cette nouvelle donne ?

Philippe Meirieu : Pour avoir enseigné récemment en CM2 après une interruption de plusieurs années, je n'ai pas tant été frappé par la baisse du niveau que par l'extraordinaire difficulté à contenir une classe qui s'apparente à une cocotte-minute.

Dans l'ensemble, les élèves ne sont pas violents ou agressifs, mais ils ne tiennent pas en place. Le professeur doit passer son temps à tenter de construire ou de rétablir un cadre structurant. Il est souvent acculé à pratiquer une "pédagogie de garçon de café", courant de l'un à l'autre pour répéter individuellement une consigne pourtant donnée collectivement, calmant les uns, remettant les autres au travail.

Il est vampirisé par une demande permanente d'interlocution individuée. Il s'épuise à faire baisser la tension pour obtenir l'attention. Dans le monde du zapping et de la communication "en temps réel", avec une surenchère permanente des effets qui sollicite la réaction pulsionnelle immédiate, il devient de plus en plus difficile de "faire l'école". Beaucoup de collègues buttent au quotidien sur l'impossibilité de procéder à ce que Gabriel Madinier définissait comme l'expression même de l'intelligence, "l'inversion de la dispersion".

Dès lors que certains parents n'élèvent plus leurs enfants dans le souci du collectif, mais en vue de leur épanouissement personnel, faut-il déplorer que la culture ne soit plus une valeur partagée en Europe et comment faire en sorte qu'elle retrouve sa centralité ?

Marcel Gauchet : Le savoir et la culture étaient posés comme les instruments permettant d'accéder à la pleine humanité, dans un continuum allant de la simple civilité à la compréhension du monde dans lequel nous vivons. C'est ce qui nourrissait l'idéal du citoyen démocratique. Ils ont perdu ce statut. Ils sont réduits à un rôle utilitaire (ou distractif).

L'idée d'humanité s'est dissociée de l'idée de culture. Nous n'avons pas besoin d'elle pour exister. Nous sommes submergés par une vague de privatisation qui nous enjoint de vivre pour nous-mêmes et, surtout, de ne pas perdre notre temps à chercher à comprendre ce qui nous environne.

Derrière le slogan apparemment libertaire "faites ce que vous voulez !", il y a un postulat nihiliste : il ne sert à rien de savoir, aucune maîtrise du monde n'est possible. Contentez-vous de ce qui est nécessaire pour faire tourner la boutique, et pour le reste, occupez-vous de vous !

L'école est prise dans ce grand mouvement de déculturation et de désintellectualisation de nos sociétés qui ne lui rend pas la tâche facile. Les élèves ne font que le répercuter avec leur objection lancinante : à quoi ça sert ? Car c'est le grand paradoxe de nos sociétés qui se veulent des "sociétés de la connaissance": elles ont perdu de vue la fonction véritable de la connaissance. C'est pourquoi nous avons l'impression d'une société sans pilote. Il n'y a plus de tête pour essayer de comprendre ce qui se passe : on réagit, on gère, on s'adapte. Ce dont nous avons besoin, c'est de retrouver le sens des savoirs et de la culture.

[...]

22/07/2014

Frédéric Lordon : révolution?

 J'ai rarement entendu Frédéric Lordon être aussi bon que là ! C'est du concentré ( 30 minutes) , absolument compréhensible par tout le monde, sans pirouettes langagières - d'une rigueur de pensée absolue ! Il en vient à être même physiquement plus tendu, sourcils froncés, penché en avant.

J'ai rigolé en l'entendant, parce que je me suis dit qu'on me reprocherait facilement ( et parfois avec raison) de poser bien peu de questions à ceux que j'interviewe. Or écoutez-le et dites-moi s'il était vraiment impossible d'écouter 30 minutes d'intervention sans s'ennuyer, perdre le fil, bayer aux corneilles... Quand la pensée est aussi limpide, démonstrative, claire parce que pensée clairement, moi, je trouve que c'est un régal ! Je me le suis écouté deux fois d'affilée, non parce que je n'avais pas suivi, mais parce que chaque argument ouvre d'autres horizons, et sont des pierres nécessaires sur le chemin d'une nécessaire alternative.

A écouter impérativement, à faire circuler obligatoirement !

  ( Video qui suit une intervention de Eric Hazan : http://www.youtube.com/watch?v=gCw5bkv_lco)

 

 

 

 

 

Gauche : éviter les vraies questions?

Si j'étais vous, je lirais ça : http://www.marianne.net/Contre-une-union-de-la-gauche-au-...

Le vrai problème restera toujours là : l'impossibilité du dialogue, de la réflexion vraie, démocratique... Et si cette réflexion nécessaire sur l'euro, l'UE, la souveraineté, la mondialisation n'est pas organisée à Gauche, il ne faudra pas crier à la montée à venir du Front National.

 

Alain Supiot : Il faut repenser le concept d'Etat social

Est-ce par Twitter ou par Facebook que j'ai suivi le lien, je ne sais, mais certains docs partagés par ce biais permettent vraiment d'avancer.

Là, http://www.college-de-france.fr/site/entretiens/entretien..., on trouve une très courte intervention d'Alain Supiot ( 9 minutes !!) qui me semble essentielle! A 6 minutes 40, le propos s'élargit au politique au sens strict du terme.

Bref, 9 minutes, c'est trop court pour se lancer dans le repassage, mais assez court pour rester devant son ordinateur : à écouter donc impérativement !

14/07/2014

Pas d'éco, pas de politique, mais de l'âme! Serge Revzani chez Rebecca Manzoni

Serge Revzani, Rébecca ManzoniOn pourrait dire de cette émission que c'est de la "belle radio", comme on dit du "bel ouvrage".

Rebbecca Manzoni a souvent donné de très belles émissions, dans son Eclectik. Mais celle-ci, avec Serge Revzani, est superbe. Alors, ce n'est pas de la politique, ce n'est pas de l'économie, mais la vie, ce sont aussi de beaux êtres, des relations intelligentes. En écoutant cette émission, vous trouverez cela - et en serez, je pense, encore plus vivant.

Bonne écoute!

http://www.franceinter.fr/emission-eclectik-serge-rezvani-0

08/07/2014

Laurence Bloch, directrice de France Inter, cherche journaliste de Gauche. Urgent !

Laurence Bloch vient de virer Mermet...

Et l'été commence mal pour elle! Il lui faut impérativement trouver un ou une journaliste de gauche rapidement, capable de créer pour la rentrée une émission permettant de faire entendre des voix alternatives sur France Inter. Parce qu'après avoir viré Mermet, elle ne peut pas laisser dire que ce licenciement est politique, que l'émission de Mermet était trop à gauche, faisant entendre trop de voix remettant en cause ce qu'on entend par ailleurs à longueur d'antenne ( "la mondialisation est inéluctable, il faut accroître la compétitivité, l'UE est gage de paix, la dette est une horreur laissée en héritage à nos enfants, le trou de la Sécu est insondable, il faut des réformes structurelles, le marché du travail doit être flexibilisé, le Traité transatlantique va créer de l'emploi", etc, etc).

Je ne connais pas personnellement Laurence Bloch, mais je suis sûre qu'elle cherche activement! Elle veut du sang neuf, capable de porter un langage décalé sur le monde. Elle ne peut pas chercher autre chose, parce qu'elle ne va tout de même pas nous mettre une nouvelle émission de culture-cultureuse, encore! Ou une émission de cuisine.... A la place de Mermet, ça rendrait trop visibles les raisons de son licenciement....

...........Mais subitement, j'ai un doute... Si elle ne cherchait pas un journaliste de Gauche pour la rentrée... Si elle nous mettait une émission de cuisine, de culture-cultureuse........ Ce pourrait donc être un licenciement politique?? Va falloir qu'elle nous donne des preuves, en Septembre, qu'il n'en est rien! Mais en attendant, il vaut mieux signer la pétition de Là-bas, pour montrer qu'on ne se laissera pas faire : http://www.la-bas.org/spip.php?article2266

 

 

07/07/2014

Faut-il sauver le soldat Mermet?

arton2419-7f3d6.jpg

 

 

Il était sur la sellette depuis quelques temps déjà. Mais cette fois, c'est sûr : il est viré ! Daniel Mermet ne sera plus sur France Inter à partir de la rentrée. Il est vrai qu'on avait déjà tout fait pour pouvoir prétexter un jour du fait qu'il avait de moins en moins d'audience, en faisant passer son émission de 17H à 15H, puis en lui enlevant le vendredi et un quart d'heure à son émission...Là, Laurence Bloch, la nouvelle directrice de France Inter, fait radical : rideau !

Faut-il sauver le soldat Mermet? Certes, on pourra dire que Là-bas existe depuis 25 ans, qu'il faut se renouveler. Mais personne, parmi les auditeurs de France Inter, n'ignore que l'émission de Mermet était gage d'un certain pluralisme. Non, je ne suis pas en train de dire que Daniel faisait preuve lui-même de pluralisme, mais que le fait que son émission existait était gage d'un certain pluralisme sur France Inter ( parce que ne me faites pas rire ! Les autres émissions, c'est gentil gentil pour la plupart, rose tendance social-démocrate au mieux!). Il était même, disaient certains,  la "caution de Gauche" de France Inter : on le gardait pour faire croire encore que...

Alors faut-il sauver le soldat Mermet? Madame Bloch va-t-elle pouvoir annoncer à la rentrée qu'elle va permettre de faire entendre sur les ondes Frédéric Lordon, Chomsky, Hervé Kempf, Aurélien Bernier, Coralie Delaume, Serge Halimi, Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon , Dominique Plihon, Christian Laval, entre autres, entre autres, tous ceux qui donnent des éléments pour une alternative à venir? Peut-elle nous promettre qu'elle donnera aux auditeurs le moyen de suivre le dossier du Traité transatlantique et du petit dernier traité en cours de négociation en secret, TISA? Fera-t-elle entendre sur les ondes les voix des ouvries dont l'entreprise ferme, des producteurs de fruits réduits à arracher leurs arbres? Nous donnera-t-elle le moyen de croire que oui, there is an alternative !

Elle ne le fera pas. Et c'est pour cela qu'il faut sauver le soldat Mermet. Pas parce qu'il est Mermet. Mais parce qu'il est gage de pluralisme sur France Inter, radio de service public ( et le seul).

http://www.la-bas.org/

et archives sur la mondialisation libérale : http://old.la-bas.org/mot.php3?id_mot=159+++++++++&de...

J'ai loupé les rencontres Déconnomiques!!

TÊTE-ACCUEIL-SITE-2014-950.jpgEt c'est balot, parce qu'il y a avait plein de gens que je connaissais, d'après le programme !

Bon, mais grâce au lien magique ( http://deconnomistes.org/videos), je vais pouvoir tout regarder plus tard du bord de la mer normande! Et vous?

Elle est pas belle, la vie?